L’agonie a ses ruades. En langue politique, cela s’appelle réaction.