La vie, ça finit toujours mal