La femme est notre propriété, nous ne sommes pas la sienne – car elle nous donne des enfants, et l’homme ne lui en donne pas. Elle est donc sa propriété comme l’arbre à fruit est celle du jardinier.