La faim de Dieu, la soif d’éternité et de survie, étouffera toujours cette pauvre joie de vivre qui passe et ne demeure point.