La bonté d’une guerre se juge à la quantité de mal qu’elle fait.