Je suis l’Empire à la fin de la décadence, qui regarde passer les grands Barbares blancs en composant des acrostiches indolents d’un style d’or où la langueur du soleil danse.