Je ne suis pas de ceux qui estiment que les larmes et la tristesse n’appartiennent qu’aux femmes, et que, pour paraître homme de coeur, on se doive contraindre à montrer toujours un visage tranquille.