Je continue à penser qu’une prose où chaque mot vaut son pesant d’or est illisible.