J’ai toujours cru que le beau n’était que le bon mis en action, que l’un tenait intimement à l’autre, et qu’ils avaient tous deux une source commune dans la nature bien ordonnée.