Il faut ne donner que la moitié de son esprit aux choses… que l’on croit, et en réserver une autre moitié libre où le contraire puisse être admis s’il en est besoin.