Il disait (Caton) que l’âme d’un homme amoureux vivait dans un corps étranger.