En apprenant à connaître les maux de la nature, on méprise la mort – en apprenant à connaître ceux de la société, on méprise la vie.