Du sublime au ridicule il n’y a qu’un pas.