Dans nos livres, il y a trop d’appelés et trop d’élus.