Corneille nous assujettit à ses caractères et à ses idées, Racine se conforme aux nôtres – celui-là peint les hommes comme ils devraient être, celui-ci les peint tels qu’ils sont.