Citer les mots de quelqu’un, c’est mettre sous verre une collection de beaux papillons qui ont perdu leur lumière et leur éclat.