Chère imagination, ce que j’aime surtout en toi, c’est que tu ne pardonnes pas.