C’est toujours l’inlassable médiocrité de la femme qui l’emporte.