C’est l’univers qui doit être interrogé tout d’abord sur l’homme et non l’homme sur l’univers.