C’est assurément ne pas connaître le coeur humain que de penser qu’on peut le remuer par des fictions.