C’est à l’animus qu’appartiennent les projets et les soucis, deux manières de n’être pas présent à soi-même. A l’anima appartient la rêverie qui vit le présent des heureuses images.