Certes, c’est un sujet merveilleusement vain, divers, et ondoyant, que l’homme.