Marivaux

Tout ce qui n’est que suffisant ne suffit jamais.
Un mari porte un masque avec le monde et une grimace avec sa femme.
Tous les jours, en fait d’amour, on fait très délicatement des choses fort grossières.
Qu’est-ce que c’est une femme? Pour la définir il faudrait la connaître – nous pouvons aujourd’hui en commencer la définition, mais je soutiens qu’on en verra le bout qu’à la fin du monde.
Quand une femme est fidèle, on l’admire – mais il y a des femmes modestes qui n’ont pas la vanité de vouloir être admirées.
On s’accoutume à tout dans l’abondance, il n’y a guère de dégoût dont elle ne console.
On ne sent point qu’on est menteur quand on a l’habitude de l’être.
On ne met rien dans son coeur – on y prend ce qu’on y trouve.
Nous sommes plus jaloux de la considération des autres que de leur estime.
L’usage le plus digne que l’on puisse faire de son bonheur, c’est de s’en servir à l’avantage des autres.