Eschyle

On fait le délicat dans les jours de bonheur.
Les voies de la pensée divine vont à leur but par des fourrés et des ombres épaisses, que nul regard ne saurait pénétrer.
Quand un mortel s’emploie à sa perte, les dieux viennent l’y aider.
On ne lutte pas contre la force du destin.
Il est peu d’hommes enclins à rendre hommage, sans quelques mouvements d’envie, au succès d’un ami.
La mesure est le bien suprême.
Il est bon d’apprendre à être sage à l’école de la douleur.
La violence a coutume d’engendrer la violence.
Les malheurs humains ont des teintes multiples: jamais ne se retrouve même nuance de douleur.
Du succès les mortels ne se rassasient jamais.