Proverbes et citations
 
 

Queneau (Raymond) - citations

Queneau, Raymond (1903-1976), écrivain français, dont l'œuvre porte la trace de nombreuses recherches sur le style et sur la langue elle-même. Né au Havre dans un milieu modeste (ses parents étaient merciers), il vint à Paris en 1920 étudier la philosophie et les sciences. Devenu surréaliste en 1924, il rompit avec André Breton en 1929 pour rejoindre le groupe dissident de la rue du Château. Malgré cela, ses premières œuvres se ressentent nettement de l'influence du mouvement, sur lequel elles se fondent pour mieux le dépasser. En effet, d'entrée de jeu, Queneau établit une sorte de «renversement» des principes surréalistes, en accordant un rôle primordial à la construction romanesque et en portant une attention particulière au langage, considéré non plus comme un vecteur sémantique, mais, au contraire, comme un outil quasi scientifique. Dès le Chiendent, (1933), roman fondé sur des contraintes formelles, dont le récit, parfaitement circulaire, se termine sur la phrase par laquelle il avait commencé, il évoqua la plupart des thèmes qui seront orchestrés dans l'œuvre future (prédilection pour la banlieue parisienne, hantise de la guerre, mise en scène de personnages médiocres). Présenté comme une adaptation en français parlé du Discours de la méthode, de Descartes, cet ouvrage est profondément imprégné de la philosophie d'Hegel, revue par Alexandre Kojève, qui fut son professeur et qui exerça sur lui une influence durable. À la suite du Chiendent, Queneau publia une autobiographie en vers (Gueule de pierre, 1933), un roman en vers (Chêne et Chien, 1937) à la dimension autobiographique codée («chêne» et «chien» sont deux racines probables du nom de Queneau), puis, entreprit la rédaction d'une anthologie des «fous littéraires», qui, ne trouvant pas d'éditeur, donna naissance à un nouveau roman (les Enfants du limon, 1938). Entré aux éditions Gallimard en 1936, Queneau en devint le secrétaire général en 1941. Entre-temps, il avait fait paraître Un rude hiver (1940). Vinrent ensuite Pierrot mon ami (1942), sorte de roman policier qui présente un univers foisonnant de signes ambigus, Loin de Rueil (1944) et surtout les fameux Exercices de style (1947), qui racontent quatre-vingt-dix-neuf fois la même anecdote selon des principes de narration, de vocabulaire ou de ton chaque fois différents (et qui furent adaptés à la scène par les Frères Jacques). Dans les années qui suivirent le Journal de Sally Mara (1950), publié sous pseudonyme, Queneau entra dans une nouvelle période de recherches formelles, fondant notamment le non conformiste Club des Savanturiers (avec Jean Queval et Boris Vian), adhérant au Collège de pataphysique et travaillant à plusieurs adaptations cinématographiques (la Mort en ce jardin, de Bunuel; Monsieur Ripois, avec Gérard Philipe; le Dimanche de la vie, réalisé par René Clément). C'est à cette époque également qu'il fréquenta Saint-Germain-des-Prés aux côtés de Boris Vian et qu'il composa des chansons (notamment la célèbre Si tu t'imagines, interprétée par Juliette Gréco). Apprécié par le public, Queneau fut aussi reconnu par la critique et les professionnels de la littérature en étant élu en 1951 membre de l'Académie Goncourt. Parallèlement à son activité d'écrivain, il mena une activité d'encyclopédiste. Il coordonna la conception d'une anthologie des écrivains célèbres, publiée en 1951, puis prit la tête de l'Encyclopédie de la Pléiade à partir de 1956. Le succès de Zazie dans le métro (1959), roman adapté au cinéma par Louis Malle dès 1960, témoigne de l'audience importante désormais acquise par Queneau, qui créa en 1960, avec François Le Lionnais, l'Ouvroir de Littérature Potentielle (OuLiPo), réunissant des écrivains et des mathématiciens (et auquel se joignirent plus tard Georges Perec, Jacques Roubaud et Italo Calvino). Atelier de recherches et d'expérimentation des formes, l'OuLiPo fut à l'origine de l'invention de multiples contraintes nouvelles. C'est le cas de la méthode S + 7, consistant à remplacer chaque mot d'un texte (à l'exception des mots-outils) par le septième qui suit dans le dictionnaire. Ainsi Queneau transforma-t-il la fable de La Fontaine la Cigale et la Fourmi en un autre texte, la Cimaise et la Fraction, devenu célèbre: «La cimaise ayant chaponné tout l'éternueur / Se tuba fort dépurative quand la bisaxée fut verdie / Pas un sexué pétographique morio de mouffette ou de verrat. / Elle alla cocher frange / chez la fraction sa volcanique …» Désormais considéré comme un écrivain important, Queneau poursuivit son œuvre poétique avec Cent Mille Milliards de poèmes (1961), recueil fondé sur un jeu de découpage qui permet une combinatoire infinie entre les vers de chacun des poèmes, et son œuvre romanesque avec les Fleurs bleues (1965). Parmi ses autres ouvrages publiés de son vivant figurent un récit (le Vol d'Icare, 1968) et un recueil de poésie (Fendre les flots, 1969).

C'est comme un animal, l'âge. C'est un animal qui grandit, qui grandit, qui grandit encore et qui finit par vous dévorer tout vivant.

Comme le théâtre est fait pour être joué, la poésie est avant tout faite pour être dite.

Comment ne pas avoir peur devant cette absence de raison dénuée de toute folie?

Dieu: le non-être qui a le mieux réussi à faire parler de lui.

Il y a des gens qui trouvent toujours quelque chose à ne rien dire.

J'connaîtrai jamais le bonheur sur terre
Je suis bien trop con.

L'histoire est la science du malheur des hommes.

L'homme dissipe son angoisse en inventant ou en adaptant des malheurs imaginaires.

L'humour est une tentative pour décaper les grands sentiments de leur connerie.

La douleur sous sa forme radicale et dépouillée - celle qui fait l'essence du supplice - est la pierre d'achoppement et le tombeau de toutes les philosophies.

La férocité, c'est une des catégories cardinales de l'homme en société.

Les actualités d'aujourd'hui, c'est l'histoire de demain.

Les mots il suffit qu'on les aime pour écrire un poème.

Les plaintes de la souffrance sont à l'origine du langage.

Luxure: 1 + 1 = 69.

On ne peut rien dire de Dieu, même qu'il n'existe pas.

Si je parle d'un homme, il sera bientôt mort.
Si je parle du temps, c'est qu'il n'est déjà plus.

Page précédente | Retour au sommaire des citations par auteurs | Page suivante