Proverbes et citations
 
 

Beaumarchais (Pierre Augustin Caron de) - citations

Beaumarchais, Pierre Augustin Caron de (1732-1799), auteur dramatique français. Né à Paris d'un père horloger, il devient lui-même horloger du roi en 1753. Deux ans plus tard, il commença une rapide ascension sociale en épousant la veuve d'un membre de la maison du roi, et en gagnant la faveur des filles de Louis XV, dont il était professeur de harpe. En 1761, il acheta une charge qui l'anoblit et lui permit de prendre le nom de Beaumarchais. Associé au financier Pâris-Deverney, il se rendit, en 1764, à Madrid sous le prétexte romanesque de défendre l'honneur de sa sœur, plus probablement pour négocier d'importantes affaires; Beaumarchais fut en effet mêlé à des intérêts complexes (un héritage litigieux, un procès qui lui valut d'être emprisonné). Outre sa charge de secrétaire du roi, il fit office d'agent secret pour Louis XV et Louis XVI (notamment en livrant des armes aux Américains à partir de 1775). En 1791, il tenta de procurer des fusils à la France révolutionnaire; mais l'affaire échoua. Suspect par ailleurs, en raison du luxe de sa maison parisienne, il fut considéré comme émigré à cause de ses nombreux voyages et vécut pauvrement à Hambourg jusqu'en 1796, date de son retour à Paris. Parallèlement à ces activités, il mena une carrière d'auteur dramatique à succès. Celle-ci avait commencé en 1767 avec un mélodrame moralisant, Eugénie, dont la préface, Essai sur le genre dramatique sérieux développe des théories qui doivent beaucoup à Diderot et à Sedaine; ceux-ci furent encore ses modèles pour, les Deux Amis ou le Négociant de Lyon joué avec succès en 1770. La célébrité lui vint en février 1775 avec le Barbier de Séville ou la Précaution inutile: cette comédie en quatre actes, sifflée lors de la première, fut d'abord un opéra comique que refusa la troupe des Italiens; l'intrigue est empruntée à la tradition, en particulier à l'École des femmes, de Molière, et à une nouvelle de Scarron, la Précaution inutile. Beaumarchais s'attacha aussi à protéger les droits des dramaturges: en 1777, il les regroupa dans une société d'auteurs. Puis il entreprit l'édition des œuvres complètes de Voltaire, qui furent imprimées à Kehl de 1783 à 1790 pour éviter la censure en France. Ce fut en 1784 que Beaumarchais atteignit le sommet de sa carrière, avec le Mariage de Figaro ou la Folle Journée. Cette comédie en cinq actes écrite quatre ans plus tôt fut acceptée à la Comédie-Française en 1781, mais il fallut trois ans de bataille pour qu'elle puisse être jouée. Le roi la trouvant "détestable", elle dut passer quatre fois à la censure. La première représentation, le 27 avril 1784, fut un véritable événement. Les duchesses comme les laquais avaient fait la queue pour obtenir des billets, la salle était comble, des spectatrices s'évanouirent, toute la cour et la ville entière firent un énorme succès à la pièce, succès de scandale qui avait été savamment orchestré par l'auteur lui-même. Louis XVI fit emprisonner Beaumarchais à Saint-Lazare, mais dut le libérer en raison de la pression de l'opinion publique. Il fit jouer encore un opéra, Tarare (1787), puis un drame, la Mère coupable (1792). Un des plus grands succès de Mozart à la scène, l'opéra comique en quatre actes les Noces de Figaro (1786) est tiré de cette comédie. Le Barbier de Séville, autre grand succès dramatique, est à l'origine d'un opéra en deux actes de Giacchino Rossini (1816).

(La jalousie) n'est qu'un sot enfant de l'orgueil, ou c'est la maladie d'un fou.

Ambitieux par vanité, laborieux par nécessité, mais paresseux... Avec délices!

Après le bonheur de commander aux hommes, le plus grand honneur, Monsieur, n'est-il pas de les juger?

Aujourd'hui, ce qui ne vaut pas la peine d'être dit, on le chante.

Aux qualités qu'on exige d'un chien, connaissez-vous beaucoup de maîtres qui soient dignes d'être adoptés?

Boire sans soif et faire l'amour en tout temps, il n'y a que ça qui nous distingue des autres bêtes.

Ce n'est rien d'entreprendre une chose dangereuse, mais d'échapper au péril en la menant à bien.

Ce qu'on nomme passion n'est autre chose qu'un désir irrité par la contradiction.

De toutes les choses sérieuses, le mariage étant la plus bouffonne...

En art il n'est pas nécessaire de comprendre les choses pour en discuter.

En occupant les gens de leur propre intérêt, on les empêche de nuire à l'intérêt d'autrui.

En toute espèce de biens, posséder est peu de chose; c'est jouir qui rend heureux.

Hasard! dieu méconnu! les Anciens t'appelaient destin! nos gens te donnent un autre nom...

Il est si doux d'être aimé pour soi-même.

Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer.

Je vois qu'on n'est compatissant que pour les maux qu'on éprouve soi-même.

L'amour... n'est que le roman du coeur: c'est le plaisir qui en est l'histoire.

Les femmes sont comme les girouettes: quand elles se fixent, elles se rouillent.

Médiocre et rampant, et l'on arrive à tout.

Ne pouvant avilir l'esprit, on se venge en le maltraitant.

O femme! femme! femme! créature faible et décevante!... nul animal créé ne peut manquer à son instinct; le tien est-il donc de tromper?

On est toujours l'enfant de quelqu'un.

On ne peut corriger les hommes qu'en les faisant voir tels qu'ils sont.

Pour obtenir une femme qui le veut bien, il faut la traiter comme si elle ne le voulait pas.

Prouver que j'ai raison serait accorder que je puis avoir tort.

Que les gens d'esprit sont bêtes!

Quelle rage a-t-on d'apprendre ce qu'on craint toujours de savoir!

Un homme obscur ou inconnu peut valoir mieux que sa réputation, qui n'est que l'opinion d'autrui.

Page précédente | Retour au sommaire des citations par auteurs | Page suivante