Proverbes et citations
 
 

Michelet (Jules) - citations

Michelet, Jules (1798-1814), historien français, spécialiste de la Révolution française. Né à Paris dans une famille d'imprimeurs, il manifesta rapidement des capacités remarquables d'historien qui le conduisirent en 1838 au Collège de France. Ses cours y firent rapidement scandale par leur anticléricalisme et leur libéralisme affiché, et furent à plusieurs reprises suspendus. Historien universel (Histoire de France, 1833-1846), Michelet consacra cependant à la Révolution française ses travaux les plus importants (1847-1853). À la différence des historiens contemporains, Thiers, Mignet, Guizot ou Lamartine, Michelet donna au peuple, pris comme un acteur collectif essentiel, un rôle prépondérant dans l'histoire de la Révolution. Revendiquant sa proximité de pensée avec les Montagnards, il donnait aux journées révolutionnaires et aux mouvements sociaux une grande place. Attachant un soin scrupuleux à la consultation des archives manuscrites, il utilisa abondamment celles de la préfecture de police de Paris et les Archives nationales, ce qui conféra à sa lecture de la Révolution une grande solidité. L'œuvre de Michelet est, de plus, pleine d'un souffle à la fois romantique et républicain: historien soucieux des archives, il laisse cependant parler son imagination en donnant au peuple (il lui consacra un ouvrage dès 1846) la vie d'un individu. Reconnu à la fois comme historien et comme écrivain, Jules Michelet peut être considéré comme le fondateur de l'histoire scientifique française.

Chaque homme est une humanité, une histoire universelle...

Il faut apprendre à mourir.

Il n'y a point de vieille femme. Toute, à tout âge, si elle aime, si elle est bonne, donne à l'homme le moment de l'infini.

L'Angleterre est un empire, l'Allemagne un pays, une race, la France est une personne.

L'homme est son propre Prométhée.

La France a fait la France, et l'élément fatal de race m'y semble secondaire. Elle est fille de sa liberté.

La France est le pays de la prose.

La femme change et ne change pas. Elle est inconstante et fidèle. Elle va muant sans cesse dans le clair-obscur de la grâce. Celle que tu aimas ce matin n'est pas la femme du soir.

La liberté, pour qui connaît les vices obligés de l'esclave, c'est la vertu possible.

La tyrannie du Moyen Age commença par la liberté. Rien ne commence que par elle.

Laissez-moi un peu regarder du côté de la plus haute Asie, vers le profond Orient. J'ai là mon immense poème.

Le difficile n'est pas de monter, mais en montant, de rester soi.

Le soleil de l'homme, c'est l'homme.

Le style n'est que le mouvement de l'âme.

Même pour se soumettre, il faut être libre; pour se donner, il faut être à soi.

On ne sait pas assez combien les femmes sont une aristocratie. Il n'y a pas de peuple chez elles.

Prenez le prêtre le plus sage et la femme la plus sage, il sera bientôt le vrai mari spirituel.

Quelle est la première partie de la politique? L'éducation. La seconde? L'éducation. Et la troisième? L'éducation.

Sauver les autres, c'est se sauver soi-même.

Page précédente | Retour au sommaire des citations par auteurs | Page suivante