Proverbes et citations
Sentences, adages, dictons et maximes
Proverbes par thème | Citations par thème | Auteurs & biographies | Citations humoristiques | Autres maximes | Annonces gratuites

Horace - citations

Horace (65-8 av. J-C.), poète lyrique et satirique latin de l'âge d'or de la littérature latine. Horace, de son nom latin Quintus Horatius Flaccus, naquit en décembre 65 av. J-C., à Venusia (de nos jours Vénouse, en Italie). Son père, esclave affranchi, le poussa à aller étudier à Rome puis à Athènes, où il suivit des cours de philosophie et de poésie grecques à l'Académie. Peu après l'assassinat de Jules César en 44 av. J-C., Horace fut enrôlé dans l'armée républicaine par l'un des meurtriers, Marcus Junius Brutus. Il fut nommé tribun militaire et prit part à la bataille de Philippes, en 42 av. J-C., qui se solda par la défaite de l'armée républicaine face à Marc Antoine et à Octave (futur empereur Auguste). Cet échec marqua douloureusement Horace; après l'amnistie, il revint à Rome, où il obtint un poste officiel de scribe, et se consacra à la poésie. Ses poèmes plurent à Virgile, alors poète-lauréat. Vers 38 av. J-C., ce dernier présenta Horace à Mécène, homme d'État, protecteur des arts et ami d'Octave. Cette rencontre fut importante pour Horace, car non seulement Mécène lui permit d'entrer dans les cercles politiques et littéraires romains, mais il lui offrit, en l'an 33 av. J-C., un domaine dans les collines de la Sabine, afin qu'il puisse s'y retirer, loin du tumulte de Rome. L'œuvre d'Horace est composée de satires, d'épodes, d'odes et d'épîtres. Dans les Satires, l'auteur traite de questions éthiques telles que l'ambition, la stupidité des comportements excessifs ou la cupidité. Le premier livre des Satires (35 av. J-C.) comme le second (30 av. J-C.) sont des recueils de dialogues composés en hexamètres et de structure assez libre, imitant les écrits du poète satirique Lucilius. Quant aux Épodes, parues également en 30 av. J-C., elles ont probablement été écrites avant les Satires, car l'auteur y plaide en faveur de la fin de la guerre civile tout en formulant une violente critique des abus sociaux. Or, la paix tant espérée par Horace survint avec la victoire d'Octave sur Antoine à Actium, en 31 av. J.-C. Les œuvres poétiques majeures d'Horace restent les Odes (Livres I-III, 23 av. J-C.), qui sont inspirées — voire imitées pour nombre d'entre elles — des poètes Anacréon, Alcée et Sappho. Influencées par Pindare et renommées pour le rythme, l'ironie et la courtoisie qui s'en dégagent, les Odes d'Horace furent imitées par des poètes anglais du XVIIIème siècle et du XIXème siècle, tels que Pope et Milton. En France, Ronsard, Du Bellay et Montaigne se sont également inspirés de ces Odes pour nourrir leur propre œuvre. Vers 20 av. J-C., Horace publia le premier livre des Épîtres, soit vingt courtes lettres en hexamètres dans lesquelles il expose ses observations sur la société, la littérature et la philosophie. À l'époque où il rédigea ces Épîtres, sa réputation était telle qu'après la mort de son ami Virgile en 19 av. J-C., il lui succéda dans la fonction de poète-lauréat. Deux ans après cet honneur, Horace revint à la poésie lyrique à la demande d'Auguste, qui lui commanda l'hymne Carmen saeculare pour les jeux séculaires de Rome. Parmi les dernières œuvres d'Horace, dont nous ne connaissons pas les dates exactes de composition, citons le second livre des Épîtres, le quatrième livre des Odes et l'Épître aux Pisons, plus connue sous le titre d'Art poétique. Si les deux lettres du second livre des Épîtres sont des commentaires sur l'évolution de la littérature, l'Art poétique — véritable traité d'esthétique — célèbre les maîtres grecs, explique la difficulté et le sérieux de l'art d'écrire et donne des conseils techniques aux apprentis poètes. Horace mourut à Rome le 27 novembre de l'an 8 av. J-C., peu de temps après son ami Mécène, auprès de qui il fut enterré.

Avoir plu aux puissants n'est pas le plus haut mérite.

C'est quand Jupiter fait gronder la foudre que nous croyons qu'il règne dans les cieux.

Celui qui a confiance en lui mènera les autres.

Celui qui ajourne le moment de bien vivre, attend comme les paysans que la rivière ait fini de couler.

Chasse la nature à coups de fourche, elle reviendra toujours au pas de course.

Cueille le jour présent, en te fiant le moins possible au lendemain.

Des vers ne peuvent plaire ni durer longtemps, s'ils ont été écrits par des buveurs d'eau.

En voulant éviter un défaut, les sots se jettent dans le défaut contraire.

Faute d'art, la crainte d'un mal nous conduit à un vice.

Gagnez d'abord de l'argent; la vertu vient ensuite.

Il est agréable d'oublier la sagesse à propos.

Il est doux, il est beau de mourir pour sa patrie.

Il y a une juste mesure; il y a enfin des limites précises hors desquelles ne peut se tenir le bien.

L'âge de nos pères ne vaut pas celui de nos aïeux.

La colère est une courte folie.

La force sans l'intelligence s'effondre sous sa propre masse.

La pâle mort frappe d'un pied indifférent les masures des pauvres et les palais des rois.

La résignation allège tous les maux sans remède.

La vertu est un moyen terme entre deux vices et à mi-chemin des deux.

Le bon sens, c'est le principe et la source du bien écrire.

Le loup attaque de la dent et le taureau de la corne.

Le parfum dont l'argile a été une fois imprégnée, elle le conservera longtemps.

Le pin le plus haut est celui que le vent agite le plus souvent.

Le sage ne connaît au-dessus de lui que Jupiter.

Mon plaisir à moi est d'enfermer des mots dans la mesure d'un vers.

Ne charge pas tes épaules d'un fardeau qui excède tes forces.

Pour une chose bien conçue, les mots s'offriront et couleront d'eux-mêmes.

Qui a confiance en soi conduit les autres.

Rarement nous pouvons découvrir un homme qui dise avoir vécu heureux, et qui, son temps fini, quitte la vie content comme un convive rassasié.

Si le rire répond au rire sur le visage des hommes, les larmes aussi y trouvent de la sympathie.

Sur les flots, sur les grands chemins, nous poursuivons le bonheur. Mais il est ici, le bonheur.

Tu ne retrouveras pas, même épars, les membres du poète écartelé, s'il est traduit en prose.

Une parole une fois lancée ne peut revenir.

Page précédente | Retour au sommaire des citations par auteurs | Page suivante

 
 

Jeevan Jyothi India Confidentialité | Hébergement web |