Proverbes et citations
 
 

Bosco (Henri) - citations

Bosco, Henri (1888-1976), écrivain français qui célèbra les paysages méditerranéens dans une œuvre à la fois réaliste et fantastique. Agrégé d'italien, sa carrière universitaire le conduisit à Belgrade, à Grenoble, à Naples et surtout à Rabat, où il fonda l'Alliance française au Maroc. C'est d'ailleurs essentiellement la terre marocaine qu'il chante dans ses poèmes (Églogues de la mer, 1928; Bucoliques de Provence, 1944; Des sables à la mer, 1950); tandis que son œuvre romanesque s'inspire plus volontiers de la haute Provence. Certains de ses récits (l'Âne Culotte, 1937; l'Enfant et la Rivière, 1945) prennent leurs sources dans la littérature enfantine, mais ses plus grands succès (le Mas Théotime, prix Renaudot, 1945; Malicroix, 1948) sont des romans ruraux où les descriptions grandiloquentes des paysages provençaux rythment le passage des saisons. Ce naturalisme méridional le fit comparer à Jean Giono, bien que la démarche de Bosco s'inscrive davantage dans une perspective mystique. Outre ses autres romans (le Jardin d'Hyacinthe, 1945; Monsieur Carré-Benoît à la campagne, 1947; Un rameau de la nuit, 1950; le Récif, 1971), on lui doit des souvenirs qui relatent son enfance en France et les années passées en Afrique du Nord (Sites et mirages, 1951; Un oubli moins profond, 1961; Mon compagnon de songes, 1967).

Ce qu'on doit être, on l'est. On l'est avant le fruit, avant la fleur, avant même la graine close.

Ce qui reste finit par nous rendre ce qu'on a perdu.

Il arrive que les grandes décisions ne se prennent pas, mais se forment d'elles-mêmes.

Il est d'un esprit économique de l'âme de réserver une part de désir jusqu'à la fin.

Il n'y a pas deux temps pareils de solitude car on n'est jamais seul de la même façon.

Les bêtes savent trop de choses, et ne sont pas heureuses.

Page précédente | Retour au sommaire des citations par auteurs | Page suivante