Proverbes et citations
 
 

Renan (Ernest) - citations

Renan, Joseph Ernest (1823-1892), philologue français et historien des religions. Né à Tringuier, en Bretagne, il suivit les cours du grand séminaire de Saint-Sulpice pendant quatre ans, mais choisit d'abandonner la prêtrise et de quitter l'Église par honnêteté intellectuelle. En dépit de l'opposition des courants catholiques français, il mena une brillante carrière universitaire. Nommé professeur au Collège de France en 1862, il fut révoqué deux ans plus tard par le gouvernement de Napoléon III, à la suite de la publication de sa Vie de Jésus. L'ouvrage connut, lors de sa sortie, un immense retentissement en Europe, suscita d'innombrables controverses et contribua de façon décisive à désacraliser la critique biblique et à fonder une exégèse laïque en France. Ce livre constituait le premier des sept volumes de l'Histoire des origines du christianisme (1863-1883), qui furent suivis de l'Histoire du peuple d'Israël en cinq volumes (1887-1893). La IIIe République combla Renan d'honneurs: élu à l'Académie française en 1878, administrateur du Collège de France en 1883, il incarnait à sa mort, en 1892, la figure de la culture universelle, laïque et républicaine. Outre le rôle déterminant joué par sa Vie de jésus dans l'histoire des idées, l'œuvre de Renan est connue aujourd'hui par les Souvenirs d'enfance et de jeunesse (1884) qui retracent son évolution intellectuelle dès l'enfance jusqu'à sa rupture avec l'Église.

... les sciences historiques, petites sciences conjecturales, qui se défont sans cesse après s'être faites...

C'est M. Homais qui a raison. Sans M. Homais nous serions tous brûlés vifs.

Celui qui obéit est presque toujours meilleur que celui qui commande.

Il y a eu des vols d'oiseaux, des courants d'air, des migraines qui ont décidé du sort du monde.

L'homme est désespéré de faire partie d'un monde infini, où il compte pour zéro.

L'injustice est le principe même de la marche de cet univers.

L'égoïsme, source du socialisme, la jalousie, source de la démocratie, ne feront jamais qu'une société faible, incapable de résister à de puissants voisins.

L'élection encourage le charlatanisme.

L'épopée disparaît avec l'âge de l'héroïsme individuel; il n'y a pas d'épopée avec l'artillerie.

La femme nous remet en communication avec l'éternelle source où Dieu se mire.

La fin de l'humanité c'est de produire de grands hommes.

La foi qu'on a eue ne doit jamais être une chaîne. On est quitte envers elle quand on l'a soigneusement roulée dans le linceul de pourpre où dorment les dieux morts.

La vérité sera un jour la force. «Savoir, c'est pouvoir» est le plus beau mot qu'on ait dit.

Le but du monde est de produire la raison.

Le grand général (et on peut en dire presque autant du grand politique) est celui qui réussit et non celui qui aurait dû réussir.

Le grand oeuvre s'accomplira par la science, non par la démocratie.

Le hasard de la naissance est moindre que le hasard du scrutin.

Le peuple doit s'amuser, c'est là sa grande compensation. Un peuple gai est le meilleur des peuples. Ce qu'un peuple donne à la gaieté, il le prend toujours sur la méchanceté.

Le plus simple écolier sait maintenant des vérités pour lesquelles Archimède eût sacrifié sa vie.

Le prétendu dieu des armées est toujours pour la nation qui a la meilleure artillerie, les meilleurs généraux.

Le talent de l'historien consiste à faire un ensemble vrai avec des traits qui ne sont vrais qu'à demi.

Les vrais hommes de progrès sont ceux qui ont pour point de départ un respect profond du passé.

On n'est héroïque que par le fait de ne pas réfléchir. Il faut donc entretenir une masse de sots.

Rien de grand ne se fait sans chimères.

Une autorité pourrait bien avoir un jour à sa disposition l'enfer, non un enfer chimérique, de l'existence duquel on n'a pas de preuves, mais un enfer réel.

Une patrie se compose des morts qui l'ont fondée aussi bien que des vivants qui la continuent.

Une école où les écoliers feraient la loi serait une triste école.

Page précédente | Retour au sommaire des citations par auteurs | Page suivante