Proverbes et citations
 
 

Adamov (Arthur) - citations

Adamov, Arthur, (Kislovodsk, Russie 1908-Paris 1970), auteur dramatique français d'origine russo-arménienne qui fut un des représentants du théâtre de l'absurde. Après des études en Suisse et en Allemagne, il s'installa à Paris (1924), où il côtoya les milieux surréalistes, se liant notamment avec Eluard, Artaud, Sernet et Fondane. Dès son premier récit (l'Aveu, 1946), il révéla une profonde angoisse existentielle. Tandis que des pièces telles l'Invasion (1949), la Parodie (1950), le Professeur Taranne (1953) ou encore Tous contre tous (1953) permettaient de le situer, avec ses contemporains Ionesco et Beckett, comme un des chefs de file du théâtre de l'absurde, le Ping-Pong (1955) annonça une nouvelle orientation de son art dramatique. En effet, à partir de cette œuvre (qui fut écrite peu de temps après son adhésion au Parti communiste), son théâtre devint plus réaliste, plus cruel aussi, avec des pièces comme Paolo Paoli (1958), Printemps 71 (1961) et Off Limits (1969), qui sont de véritables satires sociales. Adamov est également l'auteur d'une Anthologie de la Commune (1959). On lui doit par ailleurs des souvenirs l'Homme et l'Enfant, 1968. Il mourut à Paris en 1970.

Je n'aime pas travailler, mais j'admets que les autres travaillent.

L'Eglise, voilà l'homme d'affaires des grandes affaires durables.

L'homme ne saurait connaître la loi, mesurer ses limites, qu'en passant outre.

Page précédente | Retour au sommaire des citations par auteurs | Page suivante